6 (gros) mensonges dans l’interview du 14 Juillet


Hollande a été fidèle à lui même: c’est à dire le roi de l’ambiguïté, l’empereur du flou, un bonimenteur qui ne se mouillera jamais ni pour ses proches et encore moins pour les crédules qui ont voté pour lui.

Je me limiterais au gros mensonges et je laisserais les manipulations habituelles de Hollande de coté

Voici l’interview complet

Listes des mensonges:

  1. Hollande a obtenu un pacte de croissance: il a même eu le culot d’affirmer que son élection « a permis la réorientation de l’Europe » ;c’est une mystification orchestré avec la complicité des médias ; ce plan était decidé et approuvé sous l’ère Sarkozy en fin 2011. L’UMP en a parlé durant la campagne et nos chers journalistes n’ont pas voulu le rapporter. Quand le plan a été officialisé .Hollande se l’est approprié avec la complicité de l’ensemble des médias.
  2. Hollande a   renégocié le pacte budgétaire: Faux
  3. Hollande « a convenu » avec Merkel l’instauration de la taxe sur les transactions financière en fin d’année: c’est faux, cette décision  s’est faite en Février pour qu’elle soit appliqué en fin 2012 .
  4. Sarkozy a retardé l’annonce du plan social: il faut le prouver, ces plans sociaux sont courant dans les premiers mois après les élections car les dirigeant n’aiment pas que le plan social soit un objet de objet de campagne: PSA a annoncé la suppression de 3000 emploies immédiatement après l’élection de Sarkozy  en 2007 mais Hollande a menti quand il est venu promettre d’aider les salarié de PSA au jours de débat en les poussant à manifester contre Sarkozy à la télé.
  5. Hollande :j’interdira tout licenciement sec pour les ouvriers de PSA: le  dirigeant de PSA à déjà garantie cela aux salariés. Hollande espère s’approprier de cela également.
  6. Sur l’argumentaire sur les dividendes: PSA n’a versé aucun dividende en 2008, 2009 et 2011… Hollande s’est laissé allé à du populisme antiactionnaires…

Comme d’habitude François Hollande esquive ;toutes les décisions indispensables à la résolution de la crise sont renvoyées à plus tard ». Sur PSA, il « nomme un expert et prévoit une concertation », sur la compétitivité, il « convoque une grande consultation des partenaires sociaux sur le financement de la protection sociale : si vous voulez enterrer un problème, nommez une commission », disait Clemenceau

Sur la règle d’or, il saisit le Conseil Constitutionnel ;dès qu’il y a une décision à prendre, FH se couvre et se cache derrière quelqu’un. Cette fois, si son électorat doit avaler une couleuvre, ce n’est pas lui qui est responsable mais il doit se plier au Conseil Constitutionnel, probablement « dominé par la droite ». La prochaine fois il se cachera derrière Ayrault et ensuite ce sera les circonstances, les temps sont durs, tout le monde nous en veut, la finance etc…

Publié le juillet 15, 2012, dans En flagrant délit de mensonge. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :